Nedlin magazine

Trois générations passionnées d’innovation

En 2017, Nedlin fête son 65e anniversaire. Cette entreprise familiale est dirigée depuis trois générations déjà par la famille De Win. Après leur grand-père Jeu et leur père Erik, les deux frères Stef et Luuk de Win assument la direction de la blanchisserie depuis 2001. Erik continue d’exercer un rôle « d’écoute » dans l’entreprise. Que signifient 65 ans d’existence de Nedlin pour le père et ses fils ? Cette volonté de performance est-elle vraiment inscrite dans les gènes ?

« Je crains que la descendance masculine de la famille possède cette caractéristique au plus haut degré », reconnaît Erik de Win sans hésiter. « C’est un vrai trait de caractère familial, mais qui se manifeste différemment chez chacun. » Et Erik de préciser : « Stef et moi allons droit au but et adorons les détails. Luuk est plus contemplatif, mais sait saisir les opportunités au bon moment. »

Luuk estime que cela confère un équilibre naturel à leur rôle commun à la tête de la société. « Stef se consacre davantage à la structure qui est nécessaire au sein de l’entreprise. Je suis tourné vers l’extérieur et m’occupe de la partie commerciale. Ma fonction m’oblige parfois à chercher le compromis. Nous visons tous les deux le même but, seule notre approche diffère. »

Luuk, Stef en Erik de Win

Les tout premiers débuts

Les deux frères ont repris le flambeau en 2001, mais pendant longtemps cela n’est pas allé de soi. Erik : « Je leur ai laissé toute liberté. Ils ont tous deux fait des études à Rotterdam et ont commencé leur carrière ailleurs. Lorsque j’étais jeune, c’était différent. Mon père a créé l’entreprise sous le nom de Wasserij AWÉ à Hoensbroek en 1952. Ce n’était pas une époque facile, juste après la guerre, et l’entreprise a essuyé des revers au début. Mais mon père était lui aussi très persévérant et a continué à chercher de nouvelles opportunités. »

Des systèmes automatisés

Depuis l’âge de douze ans, Erik est passionné par tout ce qui touche l’entreprise. « J’aimais voir réparer les machines et étais intéressé par la technique. » À dix-huit ans, il commence à travailler dans la blanchisserie, et cinq ans plus tard, en 1968, il en reprend la direction. « Je me suis, moi aussi, toujours fixé de nouveaux objectifs. Je me suis orienté de plus en plus vers les grandes entreprises et mon ambition était d’introduire une innovation chaque année chez les clients. Lorsque l’ordinateur a fait son entrée sur le marché dans les années 1980, nous avions le système EDI, un réseau pour les commandes et le réapprovisionnement des stocks. Nous étions à la pointe du progrès. »

Les évolutions se succèdent à rythme accéléré dans les années 1970 et 1980, et Erik les anticipe. « Le marché connaissait une forte croissance et les clients souhaitaient davantage de services. C’était une époque intéressante, car l’automatisation ouvrait toutes sortes de nouvelles possibilités. Nous avons développé avec Philips, qui était un de nos clients, les codes DOT pour les vêtements. Nous pouvions scanner à l’entrée et à la sortie tout le linge de la blanchisserie. C’était révolutionnaire. » C’est en fait le précurseur du code-barres et plus tard de la puce. Avec ce système de traçabilité utilisé pour tous les vêtements, Nedlin se maintient en tête du peloton, car ce logiciel continue d’être développé en interne, même 30 ans plus tard.

Agrandissement

L’entreprise se développe sous la direction d’Erik, dont la femme Miek travaille entre-temps à la comptabilité. En 1988, il coopère avec Wasserij AWÉ, sous le nom de Rentex, dans une formule de franchise avec plus de seize blanchisseries qui louent du linge pour le secteur des soins de santé. Chaque blanchisserie reprend le nom « Rentex » dans sa propre dénomination. Wasserij AWE est rebaptisée Rentex AWE. Erik : « Rentex avait une excellente réputation aux Pays-Bas et était pionnière dans le secteur des soins. Nous avions besoin d’un nouvel élan et Rentex offrait un filet de sécurité en cas de calamités. »

L’entreprise est déjà un acteur renommé dans le secteur des soins de santé et de l’industrie, lorsqu’Erik a l’opportunité d’y ajouter l’hôtellerie en 1997. Il peut acquérir la blanchisserie Nedlin à Elsloo, un nom réputé dans le secteur hôtelier. « Cela a été le moment pour moi de demander à Stef et à Luuk s’ils souhaitaient reprendre en fin de compte l’entreprise, sinon je n’aurais pas acheté Nedlin. »

L’entrepreneuriat, une passion

Les deux frères n’hésitent pas. Stef entre en 1998 dans l’entreprise, Luuk suit une année plus tard. « Mon environnement de travail ne m’offrait pas alors les possibilités que je recherchais en termes d’entrepreneuriat », explique-t-il. « Et avec la croissance de l’entreprise, il y avait de la place pour deux. » Stef aime les défis qu’un entrepreneur doit relever. « Il faut aller soi-même à la recherche de nouvelles opportunités, les autres ne vous les apportent pas sur un plateau. »

Une croissance explosive

En 2001, Stef et Luuk reprennent entièrement la direction de la blanchisserie. Erik reste toutefois actif dans l’entreprise. Les deux frères poursuivent la professionnalisation des services, et sous leur direction, la taille de l’entreprise est multipliée par sept. Le nombre de collaborateurs passe de septante à près de quatre cents. Stef : « Sous notre direction, nous avons encore consolidé la position de la production et du commerce dans l’entreprise. »

Cette augmentation d’échelle nécessite de nouveaux bâtiments. En 2008, une nouvelle blanchisserie est construite pour le secteur de l’hôtellerie. En 2012, un tout nouveau hall est réalisé pour les soins de santé. Cette forte croissance se poursuivant, les blanchisseries à Elsloo sont agrandies une nouvelle fois en 2014. La principale différence avec le passé réside dans la rapidité des services, selon Erik. « La nature de nos produits et services n’a guère changé, mais tout va beaucoup plus vite maintenant. Avec l’Internet, tout est aussi plus transparent. Si l’on invente quelque chose aujourd’hui, la concurrence peut déjà l’avoir copié demain. »

Une grande famille

Il reste toutefois de nombreuses opportunités en termes d’innovation, selon Luuk. « En tant qu’entreprise familiale, nous visons le long terme et n’avons pas besoin de tenir compte d’actionnaires. Nous faisons nos propres choix. » Stef est du même avis : « Nous osons en effet investir dans des développements qui ne sont pas encore matures, ce qui n’est pas le cas pour beaucoup d’entreprises. »

Pour l’avenir, les frères souhaitent insister encore davantage sur le fait qu’ils dirigent une entreprise familiale. Luuk : « Notre force a toujours été notre fiabilité et notre engagement. Nous travaillons certes dans trois secteurs, mais demeurons une seule grande famille. Il était donc logique de choisir un même nom, et depuis avril 2017 notre entreprise s’appelle donc Nedlin. »

Erik apprécie de voir que ses deux fils sont à l’aise dans leur rôle. « Je sais que je peux cesser mes activités le cœur tranquille, et je leur fais confiance. Mais certains domaines, notamment l’innovation, continuent de m’intéresser. J’ai encore maintenant quelques projets que je veux mener à bien. »

La génération suivante ?

Le temps n’est pas encore venu pour Stef et Luuk de penser à leur succession. « Nous verrons bien s’il y aura une quatrième génération De Win », dit Luuk en riant. « Nous avons tous deux des enfants, mais les miens vont encore à l’école primaire. Il est donc bien trop tôt pour y réfléchir. À la maison, nous parlons beaucoup moins du travail qu’à l’époque où j’étais enfant. Comme nos deux parents travaillaient dans l’entreprise, ils en parlaient souvent à table. Maintenant, il y a deux carrières différentes dans notre ménage, et cela donne une toute autre dynamique. »

Stef partage son avis et estime que leurs enfants devront surtout suivre leur propre voie. « Je veux leur donner une totale liberté de choix, comme cela a toujours été le cas pour mon frère et moi. Le monde se transforme rapidement, et personne ne peut dire ce que l’avenir réserve à la génération suivante. L’essentiel, c’est de construire un avenir sain pour Nedlin. »